Agence de l’eau: Fuites sur les réseaux, des primes à la mauvaise gestion…!

L’Agence de l’eau Adour-Garonne vient de lancer, en direction des collectivités locales, un  nouvel appel à projet pour les aider à financer la réduction des fuites dans les réseaux d’eau potable. En fait, rien de bien nouveau. L’une des conditions pour en bénéficier est, pour les réseaux de nature urbaine soit tous ceux du Bassin d’Arcachon, un rendement (rapport volume consommé/ Volume introduit dans le réseau) inférieur à 75 %. Lire l’appel à projet: Fuites Aides Agence de l’Eau

Sur le Bassin, les rendements 2015 s’établissent ainsi: Andernos-les-Bains 85,1 %, Arès, 67,5 %, Audenge 75,3 %, Biganos 84,3 %, COBAS, 77,6 %, Lanton, 78,4 % et Lège Cap-Ferret 69,4%. Ces rendements peuvent varier fortement d’une année sur l’autre, ainsi Biganos avait un rendement de  91,9 % en 2014, en chute à 84,3 % en 2015, sans qu’aucune explication ne soit fournie par Véolia dans son rapport pour 2015.

Flirtent avec le seuil de 75 %, Audenge et la COBAS. Sont en dessous Arès et Lège Cap-Ferret. Pour cette dernière commune le précédent délégataire, Lyonnaise des Eaux jusqu’au 30 juin 2013, avait laissé le réseau en mauvais état (65,86 % de rendement en 2012, 55,90 % en 2013 sur 6 mois). Le dioxyde de chlore avait fait son oeuvre destructrice. Si ces résultats n’incombent pas en totalité au seul délégataire, ils sont particulièrement mauvais. Lège Cap-Ferret a obtenu, dans le cadre du précédent appel à projet, une aide de l’Agence de Bassin Adour-Garonne pour près de 2 M€. La commune d’Arès, avec un rendement de 67,5 % est la dernière de la classe, un mètre cube sur trois perdu…dans le seul réseau. En effet, ce ratio ne prend pas en compte les fuites après compteur… À notre connaissance aucune action d’envergure ne semble prévue à Arès pour résorber ces fuites…

Ces aides sont très largement financées par les usagers domestiques. Ils assurent, à travers les redevances portées sur leurs factures, plus de 85 % du budget de l’agence de bassin Adour-Garonne. Ainsi les mauvais élèves qui n’ont pas entretenu ou renouvelé leurs réseaux se voient aidés. À quand un retour des redevances collectées sur un territoire quand le rendement dépasse certains seuils ? L’Agence considère que pour chaque m3 économisé, c’est 2/3 du coût de l’eau qui n’est pas dépensé.

Lutter contre les fuites semble naturel, bien qu’assez peu sur notre territoire à la vue de l’état des lieux. Le véritable enjeu est celui du développement des économies d’eau par des usages plus efficients de l’eau potable. Aujourd’hui, aucune politique de fond n’est menée en ce sens sur le Bassin d’Arcachon. Pour l’illustrer rappelons que toutes les collectivités du Bassin ont délégué la production et la distribution de l’eau potable à des entreprises privées. Tous les contrats sont bâtis sur le même modèle: Plus le délégataire “vend” de l’eau plus il gagne d’argent.  Ainsi, le dernier contrat passé, celui de la COBAS, en vigueur depuis le 1er janvier 2016, tourne le dos à un intéressement du délégataire à la baisse des consommations. Il avait pourtant été demandé par ARC’EAU avant même l’établissement du projet de cahier des charges de la délégation…

Au total, les résultats obtenus sur la Bassin traduisent une bien faible reconnaissance de l’Environnement qui pourtant donne à ses habitants une très large part de leurs richesses et de leur qualité de vie.

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.